Une histoire

« Les simples, le début de l’autonomie, un délicieux plaisir où aucun secret n’existe, juste l’envie d’un partage de nos simples connaissances. »

 

Un parcours médico-social, puis une école d’herboristerie par correspondance en 1985 inachevée m’a éveillé aux bonnes herbes, une maison isolée, un jardin m’a permit de pratiquer et d’expérimenter des cueillettes familiales quotidiennes, alimentaires et médicinales. En 1995, le bonheur de pouvoir reprendre la formation d’herboristerie durant trois années d’études au sein d’ IMDERPLAM  (Institut Méditerranéen de Documentation d’Enseignement et de Recherche sur les Plantes Médicinales ). Choix de cette école pour sa situation au contact de plantes médicinales sauvages ou chaque pause est propice à l’herborisation tout au long de l’enseignement, s’ouvrir à la botanique à travers les cinq sens, des échanges humains passionnant.

Une confiance s’installe, un désir de vivre avec et de partager les cadeaux que nous offre la Nature, une envie de m’installer comme un prolongement de la vie, à travers le choix d’être paysan, fille de la terre, proposer des plaisirs simples en accord avec mon terroir, un choix de vie.

En ce tout début d’activité une rencontre avec les producteurs du syndicat S.I.M.P.L.E.S (Syndicat Inter Massif pour la Production et L’Economie des Simples ), me comble, connaître des hommes et des femmes partageant les mêmes vies dans des lieux tous aussi beaux les uns que les autres oeuvrant avec la Nature au service de la reconnaissance de l’herboristerie abolie depuis 1941.

Depuis j’ai de suite adhérer au cahier des charges correspondant profondément à mon éthique, j’ai été labellisée en 2003 productrice S.I.M.P.L.E.S

Une ferme, un terroir, un cahier des charges

Je me suis installée en 2000 au cœur du Brionnais, pays de bocages, sites préservés par une agriculture d’élevage à taille humaine. En 2002, l’acquisition d’une ferme non habitée depuis une cinquantaine d’année avec 53a de terrain, entourée de haies, me permette de cueillir une diversité de plantes compagnes existantes naturellement sur cette terre, ou issues de mes cultures conformément au cahier des charges S.I.M .P .L.E.S ( environ 330 plantes entre les naturellement existantes et les implantées ), plus tard une friche complète mes surfaces d’un espace riche en biodiversité, où quelques ruches sont déposées pour le régal des abeilles. Un petit verger d’une vingtaine de pommiers me permette la réalisation de mon vinaigre de cidre. Et parfois des cueillettes sauvages après autorisation des propriétaires viennent compléter ma gamme si besoin.

L’essentiel du cahier des charges :

  • Les cueillettes sont réalisées dans des zones à l’écart des pollutions identifiables et selon des techniques assurant le renouvellement de la ressource prélevée.
  • Les plantes cueillies ou cultivées sont rigoureusement identifiées botaniquement.
  • Afin que le consommateur puisse bénéficier d’un produit de qualité, les techniques agricoles sollicitées sont respectueuses et soucieuses de son environnement global.

Depuis 2009, je possède le label bio, certifié par Ecocert

Powered by Wordpress and made with bare hands by the Tutspress